\'|\'()|\'|\'()|/\\/[-|3>_|-|

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

jeudi, novembre 1 2018

Dell Latitude E4310 et Asus Eeebox EB1012

Nouveau pc !! Voilà un petit feedback concernant deux pc que je viens d'acheter.

Dell E4310

dell_e4310.jpg

Le premier est un Dell Latitude E4310 acheté reconditionné sur le net. Il a les caractéristiques suivantes :

  • Processeur : Intel Core i5 2.4 GHz
  • Mémoire vive : 4 GB
  • Écran : 13,3 pouces
  • Wifi : Intel Centrino Ultimate-N 6300
  • Carte Graphique : Intégrée - Intel Graphics Media Accelerator (Gma) 4500Mhd
  • Webcam et microphone intégrée

Plus de détails dans la doc technique.



Avant d'y installer Xubuntu 18.04, j'ai remplacé le disque dur mécanique par un SSD et mis à jour le Bios (version A15). L'installation s'est passée sans difficulté particulière. Le wifi fonctionne "out of the box" et pas besoin de driver pour la carte graphique.

Le tout est assez rapide (merci le SSD) et vraiment idéal pour se déplacer. L'ordinateur rentre facilement dans un sac à dos et est vraiment passe partout. Cela reste du modèle d'occasion et le ventilateur se fait de temps en temps entendre et l'autonomie de la batterie est d'environ 1h30. Son seul défaut à mais yeux reste son unique port usb.

Je compte principalement m’en servir pour de la bureautique et de la programmation.

Asus Eeebox EB1012

eeebox.jpeg

Le second est une Asus Eeebox EB1012 acheté via leboncoin. Sa config est la suivante :

  • Intel Atom 330 / 1.6 GHz
  • 2 Go de ram DDR2
  • HDD 250 GB 5400 rpm

J'y ai installé dans un premier temps une xubuntu 18.04, l'ensemble est utilisable bien que l'on sent un manque de réactivité notamment lorsque l'on a plusieurs onglets avec une vidéo ouverts sur firefox. Cette config est, en effet, plus légère et le disque dur à 5400 rpm n'arrange pas les choses. Pas d'incompatibilité matériel à signaler.

Je viens d'y installer Yunohost pour découvrir l’auto-hébergement et il fait très bien l'affaire. Cet ordinateur est très silencieux et économe en énergie, son seul défaut est selon moi son antenne wifi qui ne se dévisse pas et qui risque de facilement se casser lors d'une mauvaise manipulation.

vendredi, octobre 12 2018

Mise en place d'une seedbox automatisée

Une seedbox est un serveur dédié au partage de fichiers. Je présente ici différents outils que j'ai mis en place afin de transformer un vieux pc en une seedbox automatisée. L'objectif est de partager des iso de distributions gnu/linux par le protocole bittorrent et d'automatiser le tout (ajout automatique des dernières versions de distributions publiées).

Le matériel choisi est une simple tour trouvée sur leboncoin avec les caractéristiques suivantes :

  • Intel Core 2 Duo processor E8400 (2C/2T, 3.0 GHz, 6 MB, 1333 MHz)
  • 2 x 2 GB DDR2, 800 MHz, PC2-6400, DIMM
  • SATA II, 7200 rpm, 500 GB, 3.5-inch, S.M.A.R.T.
  • NVIDIA GeForce 9300GE, 256 MB
  • Carte mère μATX D2841

Cette mise en place se réalise en plusieurs étapes listées ci-dessous.

Installation d'une distribution Gnu/Linux

Tout d'abord, il est nécessaire d'installer une distribution gnu/linux sur le pc. Je ne détaille pas cette étape, les seules recommandations que je donne ici sont d'installer une version serveur (sans interface graphique type KDE, Gnome, ...) et de choisir une distribution avec un support sur le long terme (pour éviter les réinstallations tous les 6 mois).

La distribution utilisée ici est ubuntu 18.04 LTS, peut-être pas le meilleur choix mais largement suffisant pour se faire la main et comprendre comment fonctionne un serveur.

Dans le cadre de cet exemple,

  • Ninja représente le serveur
  • Frankenstein est un client
  • le client et le serveur sont sur le même réseau local
  • antoine est le nom de l'utilisateur du serveur et du client.

Le disque dur du serveur a été partitionné de manière à séparer / de /home et une partition /document a également été crée.

antoine@Ninja:~$ lsblk
NAME   MAJ:MIN RM   SIZE RO TYPE MOUNTPOINT
sda      8:0    0 465,8G  0 disk 
├─sda1   8:1    0  19,5G  0 part /
├─sda2   8:2    0  19,5G  0 part /home
├─sda3   8:3    0     2G  0 part [SWAP]
└─sda4   8:4    0 424,8G  0 part /document
sr0     11:0    1  1024M  0 rom  
antoine@Ninja:~$

Une fois l'installation terminée, il est nécessaire de s'assurer de la mise en place de l'accès ssh en installant le paquet openssh-server sur le serveur.

sudo apt install openssh-server

A noter que les dépendances de ce paquet installeront tous ce qui est nécessaire à la mise en place d'un accès sftp.

Le serveur peut maintenant être débranché de tous ces périphériques (écran, clavier, souris) seul l'alimentation et le cable éthernet sont nécessaires.

Pour accéder maintenant au serveur depuis n'importe quel client, il suffit de taper

antoine@Frankenstein:~$ ssh antoine@Ninja

On a alors accès au terminal du serveur. On peut par exemple éteindre le pc à distance avec un

antoine@Ninja:~$ sudo shutdown -h now

A noter également que, par défaut, l'utilisateur antoine, n'aura pas les droits d'écriture/lecture sur /document, cela se règle simplement avec un

sudo chown -v $USER:$USER /document

Mise à jour automatique (optionnel)

Afin de réduire les étapes d'administration, il est possible de configurer le serveur de manière à se mettre à jour de manière automatique.

Pour plus d'infos, il est possible d'en savoir plus sur kanjian.fr et sur ubuntu-fr.org.

Tout d'abord, il faut installer le paquet unattended-upgrades

sudo apt install unattended-upgrades

Puis éventuellement, le configurer en éditant les fichiers 50unattended-upgrades et 20auto-upgrades.

Pour éditer le premier fichier,

antoine@Ninja:~$ sudo nano /etc/apt/apt.conf.d/50unattended-upgrades

Ce fichier permet de choisir (lignes à commenter/décommenter) quels catégories de paquets seront mis à jour d'une part

Unattended-Upgrade::Allowed-Origins {
        "${distro_id}:${distro_codename}";
        "${distro_id}:${distro_codename}-security";
        "${distro_id}:${distro_codename}-updates";
//        "${distro_id}:${distro_codename}-proposed";
//        "${distro_id}:${distro_codename}-backports";
};

D'autre part, on peut également noter la présence de la ligne suivante dans le fichier qui permet de planifier la mise à jour au moment de l'extinction du pc (option intéressante sur un pc de bureau).

Unattended-Upgrade::InstallOnShutdown "true";

Le second fichier permet, quant à lui, de configurer la fréquence à laquelle les opérations de mise à jour seront réalisées (unité en jour).

antoine@Ninja:~$ sudo nano /etc/apt/apt.conf.d/20auto-upgrades

APT::Periodic::Update-Package-Lists "1";
APT::Periodic::Download-Upgradeable-Packages "1";
APT::Periodic::AutocleanInterval "7";
APT::Periodic::Unattended-Upgrade "1";

Quelques outils pour contrôler l'état du pc (optionnel)

Uns fois que le pc tourne en continu, il peut être bon de s'y connecter de temps en temps pour voir comment les choses vont. Voilà quelques outils intéressants.

Processus

Pour connaitre les processus en cours et voir si il y a emballement par exemple, rien de tel que htop

htop

Sensors

Sensors est un outil qui permet de suivre la température et la vitesse des ventilateurs.

Pour l'installer,

sudo apt install lm-sensors
sudo sensors-detect
sudo service kmod restart # ou redémarrer

pour le lancer,

sensors

Disque dur

Tout d'abord, il peut être intéressant de savoir si les disques sont pleins avec par exemple,

df -h

Pour l'état de santé des disques, smartmontools est le bon point d'entrée. Il s'installe avec un

sudo apt install smartmontools

et s'utilise avec

sudo smartctl -s on -a /dev/sda

Il y a également iotop qui est un outil qui permet de connaitre quelle application sollicite le plus votre disque dur

sudo iotop

sans oublier ncdu qui est pas mal pour connaitre l'occupation du disque également

ncdu

Trafic réseau

Dans le but de suivre le trafic réseau, je conseille également l'usage de speedometer

speedometer -r enp3s0 -t enp3s0 -k 256

speedometer.png



Vue globale

En dehors de ces outils dédiés à des tâches particulières, il y a également deux outils intéressants pour avoir une vue globale sur l'état du serveur.

Le premier est glances qui fonctionne est ligne de commande,

glances.png

le second est phpsysinfo. Celui-ci s'installe via les commandes suivantes

sudo apt install phpsysinfo
cd /var/www/html
sudo ln -s /usr/share/phpsysinfo phpsysinfo

L'interface est ensuite accessible dans le navigateur via l'adresse ninja/phpsysinfo

phpsysinfo.png



Mise en place de la seedbox

Installation et configuration de transmission

L'objectif ici est d'installer le logiciel bittoreent afin de transformer le serveur en une seedbox.

Cette partie s'inspire de plusieurs sources : ici, et là aussi.

L'installation se réalise simplement par un

antoine@Ninja:~$ sudo apt install transmission-daemon

La configuration demande plus d'efforts, il nécessite la modification du fichier settings.json.

sudo nano /etc/transmission-daemon/settings.json

On note principalement la présence des lignes suivantes (à modifier si nécessaire).

  • download-dir pour définir où seront stockés les téléchargements.
  • incomplete-dir pour ceux en cours (mettre incomplete-dir-enabled à true pour mettre les fichiers incomplets dans incomplete-dir.
  • watch-dir est un dossier surveillé par transmission, tous .torrent ajoutés dans ce dossier est automatiquement ajouté dans le logiciel (on reparlera de cette fonctionnalité un peu plus loin).
"download-dir": "/document/torrent/complete",
"incomplete-dir": "/document/torrent/incomplete",
"incomplete-dir-enabled": true,
"watch-dir": "/document/torrent/watch",
"watch-dir-enabled": true
  • les options rpc-* permettent de mettre en place une interface web qui permettra de suivre à distance l'avancement des téléchargements. Il est possible définir les ip qui peuvent avoir accès à cette interface avec les options whitelist, username et password pour le login d'accès à l'interface
"rpc-authentication-required": true,
"rpc-bind-address": "0.0.0.0",
"rpc-enabled": true,
"rpc-host-whitelist": "",
"rpc-host-whitelist-enabled": true,
"rpc-password": "motdepasse",
"rpc-port": 9091,
"rpc-url": "/transmission/",
"rpc-username": "antoine",
"rpc-whitelist": "127.0.0.1,192.168.1.*",
"rpc-whitelist-enabled": true,

L'interface web est alors accessible en tapant ninja:9091 dans la barre d'adresse du navigateur.

transmission_web.png

Au final, le fichier settings.json ressemble à ceci

antoine@Ninja:/document/torrent$ sudo cat  /etc/transmission-daemon/settings.json 
{
    "alt-speed-down": 50,
    "alt-speed-enabled": false,
    "alt-speed-time-begin": 540,
    "alt-speed-time-day": 127,
    "alt-speed-time-enabled": false,
    "alt-speed-time-end": 1020,
    "alt-speed-up": 50,
    "bind-address-ipv4": "0.0.0.0",
    "bind-address-ipv6": "::",
    "blocklist-enabled": false,
    "blocklist-url": "http://www.example.com/blocklist",
    "cache-size-mb": 4,
    "dht-enabled": true,
    "download-dir": "/document/torrent/complete",
    "download-limit": 100,
    "download-limit-enabled": 0,
    "download-queue-enabled": true,
    "download-queue-size": 5,
    "encryption": 1,
    "idle-seeding-limit": 30,
    "idle-seeding-limit-enabled": false,
    "incomplete-dir": "/document/torrent/incomplete",
    "incomplete-dir-enabled": true,
    "lpd-enabled": false,
    "max-peers-global": 200,
    "message-level": 1,
    "peer-congestion-algorithm": "",
    "peer-id-ttl-hours": 6,
    "peer-limit-global": 200,
    "peer-limit-per-torrent": 50,
    "peer-port": 51413,
    "peer-port-random-high": 65535,
    "peer-port-random-low": 49152,
    "peer-port-random-on-start": false,
    "peer-socket-tos": "default",
    "pex-enabled": true,
    "port-forwarding-enabled": true,
    "preallocation": 1,
    "prefetch-enabled": true,
    "queue-stalled-enabled": true,
    "queue-stalled-minutes": 30,
    "ratio-limit": 2,
    "ratio-limit-enabled": false,
    "rename-partial-files": true,
    "rpc-authentication-required": true,
    "rpc-bind-address": "0.0.0.0",
    "rpc-enabled": true,
    "rpc-host-whitelist": "",
    "rpc-host-whitelist-enabled": true,
    "rpc-password": "motdepasse",
    "rpc-port": 9091,
    "rpc-url": "/transmission/",
    "rpc-username": "antoine",
    "rpc-whitelist": "127.0.0.1,192.168.1.*",
    "rpc-whitelist-enabled": true,
    "scrape-paused-torrents-enabled": true,
    "script-torrent-done-enabled": false,
    "script-torrent-done-filename": "",
    "seed-queue-enabled": false,
    "seed-queue-size": 10,
    "speed-limit-down": 100,
    "speed-limit-down-enabled": false,
    "speed-limit-up": 100,
    "speed-limit-up-enabled": false,
    "start-added-torrents": true,
    "trash-original-torrent-files": false,
    "umask": 18,
    "upload-limit": 100,
    "upload-limit-enabled": 0,
    "upload-slots-per-torrent": 14,
    "utp-enabled": true,
    "watch-dir": "/document/torrent/watch",
    "watch-dir-enabled": true
}

Une fois le fichier modifié et enregistré, il faut relancer transmission pour prendre en compte les modifications

service transmission-daemon reload

Comme on peut le remarquer un peu plus haut, des chemins vers "download-dir", "incomplete-dir" et "watch-dir" ont été définis. Ces dossiers n'existent pas, il faut donc les créer à l'aide de la fonction mkdir.

La structure suivante a été mise en place dans le dossier /document

torrent/
├── complete
├── incomplete
└── watch

Cependant, il faut faire attention, ces dossiers ont été créés en tant que antoine(Ninja) alors que transmission-daemon est par défaut lancé avec un "utilisateur" appelé debian-transmission. Il risque donc d'avoir des conflits sur les permissions sur ces dossiers.

Il faut donc modifier les droits sur les dossiers

antoine@Ninja:~$ sudo chown antoine:debian-transmission torrent/*
antoine@Ninja:~$ ls -la /document/torrent/
total 36
drwxrwxr-x 5 antoine antoine              4096 sept. 27 18:57 .
drwxr-xr-x 4 antoine antoine              4096 sept. 23 19:15 ..
drwxrwxr-x 5 antoine debian-transmission 12288 sept. 27 18:53 complete
drwxrwxr-x 3 antoine debian-transmission  4096 sept. 27 19:19 incomplete
drwxrwxr-x 2 antoine debian-transmission 12288 sept. 27 19:20 watch

à partir de maintenant, la seedbox est complétement fonctionnelle, pour lancer des torrents, plusieurs méthodes existent

  • lancement de l'interface web via ninja:9091 sur le pc client, il est possible d'ajouter un torrent via cette interface
  • ajout d'un torrent dans le "watch-dir" via par exemple un wget ou en utilisant par exemple filezilla (explication plus loin)
  • ajout via transmission-remote-gtk ou transmission-remote-cli, ces programmes permettent d'accéder à la seedbox depuis le pc client

Outils transmission-remote-* (optionnel)

transmission-remote-gtk et transmission-remote-cli sont deux programmes qui permettent de suivre l'état de la seedbox depuis un pc client. Le premier est en interface graphique alors que le second est en ligne de commande.

Pour les installer

sudo apt install transmission-remote-gtk transmission-remote-cli

Pour utiliser transmission-remote-cli

transmission-remote-cli -c antoine:motdepasse@Ninja:9091

transmission_cli.png

transmission-remote-gtk est assez simple d'utilisation et demandera le nom du serveur, du port et de l'utilisateur pour la configuration.

transmission_remote.png

Accès via Filezilla (optionnel)

Pour pouvoir récupérer les fichiers téléchargés, il est plus agréable de passer par l'interface graphique que par la ligne de commande. Sur le pc client, il est par exemple possible d'utiliser un outil tel que Filezilla pour accéder aux fichiers du serveur.

config_filezilla.png



Seedbox automatisée (optionnel)

L'idée d'une seedbox automatisée consiste à faire en sorte

  • de surveiller l'apparition de nouveaux .torrent sur des sites internet/flux rss
  • les télécharger et les partager automatiquement pour favoriser leurs diffusions

L'idée m'est venue un peu par hasard en consultant Peterp's Blog. Il est à noter que certains logiciels bittorrent permettent de suivre des flux rss pour ajouter automatiquement des fichiers torrent, ce n'est pas le cas par défaut de transmission, voilà comment je m'y suis pris.

Distrowatch

dwbanner.png

Tout d'abord, j'ai voulu mettre en place cette méthodologie en utilisant le flux rss de distrowatch qui diffusent régulièrement les .torrent des nouvelles distributions Gnu/Linux.

J'ai donc créé un script python qui lit ce flux rss, récupère les .torrent et les place dans le "watch-dir". Les torrents sont alors automatiquement ajoutés par transmission. Pour les personnes intéressées, ce script est disponible sur framagit.

Sur le serveur, on télécharge donc tout d'abord le script et on installe les paquets pour le faire tourner

sudo apt install python3-feedparser git
git clone https://framagit.org/toitoinebzh/distrowatchscraper.git

on modifie le fichier afin de définir le chemin vers "watch-dir" (variable TORRENT_LOCATION = "/document/torrent/watch/")

nano distrowatchscraper/distrowatch_torrent_rss.py # modif de TORRENT_LOCATION

Il suffit alors de lancer le script pour récupérer les derniers .torrent.

antoine@Ninja:~$ python3 distrowatchscraper/distrowatch_torrent_rss.py 
This program download every torrent on distrowatch.com rss feed
Downloading :  pfSense-CE-2.4.4-RELEASE-amd64.iso.gz.torrent
Downloading :  smartos-20180927T004151Z.iso.torrent
Already in the directory :  quirky-beaver64-8.7.1.iso.torrent
Already in the directory :  thinstation-5.6.0-Installer-0919.iso.torrent
Already in the directory :  osgeo-live-12.0-amd64.iso.torrent
Already in the directory :  linuxfx-ctos-lts-9.4-x64.iso.torrent
Already in the directory :  omarine-4.1-dvd.iso.torrent
Already in the directory :  systemrescuecd-x86-5.3.0.iso.torrent
Already in the directory :  nitrux_release_1.0.15-1.iso.torrent
Already in the directory :  tails-amd64-3.9.torrent
Already in the directory :  KaOS-2018.08-x86_64.iso.torrent
Already in the directory :  archman-deepin-1809_x86_64.iso.torrent
Already in the directory :  swagarch-1809_x86_64.iso.torrent
Already in the directory :  manjaro-kde-17.1.12-stable-x86_64.torrent
Already in the directory :  neon-useredition-20180830-1023-amd64.iso.torrent
Already in the directory :  smartos-20180830T001556Z.iso.torrent
Already in the directory :  mint-3-lmde-201808-cinnamon-64bit.iso.torrent
Already in the directory :  NetBSD-7.2-amd64.iso.torrent
Already in the directory :  backbox-5.2-amd64.iso.torrent
Already in the directory :  bluestar-linux-4.18.4-2018.08.24-x86_64.iso.torrent
Already in the directory :  Voyager-GS-18.04.1-amd64.iso.torrent
Already in the directory :  nst-28-10439.x86_64.iso.torrent
Already in the directory :  omarine-4.0-dvd.iso.torrent
Already in the directory :  gparted-live-0.32.0-1-amd64.iso.torrent
Already in the directory :  bodhi-5.0.0-64.iso.torrent
antoine@Ninja:~$ 

Evidemment, il est rébarbatif de lancer cette commande à chaque nouvelle sortie d'une distribution, on met donc en place une tache cron pour lancer ce script de manière régulière. (Source d'inspiration)

Tout d'abord on lance crontab

antoine@Ninja:~$ crontab -e # execution sans sudo pour execution du script par antoine

puis on ajoute la ligne suivante dans le fichier

@daily python3 /home/antoine/distrowatchscraper/distrowatch_torrent_rss.py

Cela va lancer le script quotidiennement. On a donc une seedbox complétement autonome.

Autres scripts

à noter que j'ai créé d'autres scripts similaires pour récupérer les .torrent de freetorrent.fr et FDN.fr. Les scripts sont ici.



Ouverture des ports TCP/UDP (si nécessaire)

Dans le cas de difficultés de téléchargement, un moyen d'améliorer les choses peut être de configurer sa box de manière à ouvrir les ports udp/tcp utilisés par transmission (ici le port 51413).

livebox.png

dimanche, septembre 23 2018

Futjitsu ESPRIMO P3520 E85+

Voilà un pc que je viens d'acheter un peu par hasard, ce pc était en vente sous leboncoin à coté de chez moi et vu le prix (40€), j'ai sauté sur l'occasion.

Le pc est un Futjitsu ESPRIMO P3520 E85+, je viens d'y installer xubuntu 18.04.1 sans soucis particulier. J'ai uniquement remplacé le disque dur de 160 Go par un de 500 Go.

esprimo_im_mini

C'est un pc sorti il y a quelques années maintenant, ce n'est donc pas une foudre de guerre mais un pc tout a fait utilisable pour de la bureautique, internet même si je réfléchis à en faire un serveur.

Les principales caractéristiques matérielles sont :

  • Intel Core 2 Duo processor E8400 (2C/2T, 3.0 GHz, 6 MB, 1333 MHz)
  • 2 x 2 GB DDR2, 800 MHz, PC2-6400, DIMM
  • SATA II, 7200 rpm, 500 GB, 3.5-inch, S.M.A.R.T.
  • NVIDIA GeForce 9300GE, 256 MB
  • Carte mère μATX D2841

Pour plus d'infos, la doc technique est disponible ici. Le retour de commande usuelle pour lister le matériel en place est dispo ici

samedi, octobre 1 2011

Nouveau pc :-) , le tout sous Gnu/Linux

Je vous présente ma nouvelle config que je viens d'acquérir. En effet mon pc portable HP m'a déjà lâché au bout de deux ans :-( . En ayant un peu marre des cartes mères qui lâche sur les portables, je me suis lancé dans l'achat d'un pc fixe sans OS et qui je l'espère tiendra le coup plus longtemps. Je recherchais un matériel principalement orienté vers la bureautique, internet avec la possibilité de faire des petits jeux de temps en temps, le tout compatible Gnu/Linux.

Voilà un petit récapitulatif du matériel.

Le boîtier

Le boîtier est un Fractal Design Define R3 - Silver Arrow . Rien de spécial à signaler c'est un bon boîtier bien refroidie.

Fractal_Design_Define_R3_-_Silver_Arrow_2.jpeg

L'alimentation

Une alimentation 520 W de Antec.

Antec_HCG_-_520W.jpg

La carte mère

Je suis un peu déçu pour l’instant de la Gigabyte GA-970A-UD3. Elle fait bien son boulot.

Gigabyte_GA-970A-UD3.jpg

Mais la partie audio a un petit bug. Lorsque l'on branche un casque audio, le son est bien présent dans le casque mais n'est pas coupé au niveau des hauts parleurs. Pour info lspci me renvoie

$ lspci | grep Audio
00:14.2 Audio device: ATI Technologies Inc SBx00 Azalia (Intel HDA) (rev 40)
01:00.1 Audio device: nVidia Corporation GF108 High Definition Audio Controller (rev a1)

Le processeur

Le processeur est un AMD Phenom II X4 965 Black Edition, 4 cœurs donc cadencés à 3.20 GHz. Rien à signaler.

AMD_Phenom__II_X4_965_Black_Edition__125W_.jpg

Le ventirad

Le ventirad est un Cooler Master Hyper TX3. Bien plus gros que je m'y attendais en voyant l'image, il fait bien son boulot, pas facile de faire monter le processeur en température.

Cooler_Master_Hyper_TX3.jpg

La carte graphique

La carte graphique MSI N440GT-MD1GD3/LP a été choisi pour son chipset Nvidia GeForce GT 440 qui ne pose pas de problème de reconnaissance sous Gnu/Linux. Elle est largement suffisante pour les petits jeux auxquels je joue, la qualité de l'image me change de ce que j'avais l'habitude de voir auparavant.

MSI_N440GT-MD1GD3_LP.jpg

L'écran

L'écran 22" Iiyama ProLite E2208HDS-B2 remplis bien son rôle, pas de pixel mort. Des hauts parleurs sont présents, pas très puissant c'est suffisant pour de la bureautique.

Iiyama_ProLite_E2208HDS-B2.jpg

Mémoire vive

J'ai choisis la ram G.Skill Kit Extreme3 2 x 2 Go PC10600 Ripjaws CAS 9 qui suffit pour mes besoins de bureautique.

G.Skill_Kit_Extreme3_2_x_2_Go_PC10600_Ripjaws_CAS_9.jpg

Le disque dur

Le disque dur est un Western Digital Caviar Black SATA Revision 3.0 - 500 Go - 32 Mo, rien à redire, il est silencieux avec une capacité qui est largement suffisante pour moi.

Western_Digital_Caviar_Black_SATA_Revision_3.0_-_500_Go_-_32_Mo.jpg

Le lecteur- graveur DVD

Le Lite-On IHAS124 - OEM fait bien son boulot, il est un peu bruyant mais je l'utilise très rarement.

Lite-On_IHAS124_-_OEM.jpg

Souris et Clavier

La souris est une Logitech LS1 Laser Mouse (grape acid flash), souris basique avec une petite surprise, les clics gauche et droite de la roulette, je ne connaissais pas, je n'en ai pas trouvé l'utilité pour l'instant non plus.

Logitech_LS1_Laser_Mouse__grape_acid_flash_.jpg

Le clavier Logitech Ultra Flat Keyboard n'a rien d'originale, joli look avec un agencement des touches un peu spécial (on n'aime ou on n'aime pas). Je suis tout de même un peu déçu de ce produit Logitech qui a des touches que je trouve bruyante.

Logitech_Ultra_Flat_Keyboard_2.jpg

Bilan

Au final le pc fonctionne bien sous Gnu/Linux (testé sous Xubuntu 11.04 pour l'instant, lshw par ici) et correspond bien à mes besoins. Pour les allergiques au bruit, j'ai un léger bruit de fond de ventilo en permanence en usage bureautique. Par contre lorsque je lance un jeu l'augmentation de la vitesse des ventilos ne se fait pas du tout ressentir.

jeudi, octobre 28 2010

Conversion .djvu vers .pdf

Astuces pour les personnes ayant des fichiers .djvu et souhaitant les convertir en .pdf

  1. installer DJview4 (sudo apt-get install djview4)
  2. ouvrir le .djvu avec djview4
  3. Menu : Fichier > Exporter : choisir le format .pdf

Chez moi le fichier .djvu faisait 5.6Mo, après conversion le pdf pesait 203 Mo ... :( J'ai alors procéder à une réduction du poids du pdf . J'ai obtenu au final un pdf de 170 Mo, toujours pas terrible mais c'est déjà ça :)

Astuce trouvée sur ubuntuforums.org

- page 1 de 3